Le CBD pour combattre Parkinson

Le cannabidiol ou CBD est l’un des principes actifs présents dans le cannabis. Bien que cette molécule soit localisée dans cette substance illicite, le CBD n’est pas néfaste à la santé. En effet, il est possible de l’extraire pour en faire un médicament très efficace. Préconisé contre les douleurs musculaires, la nausée, la dépression, l’anxiété et tant d’autres pathologies aussi bien physiques que psychiques, le CBD se montre également excellent contre la maladie de Parkinson. Eh oui, les scientifiques tendent à s’accorder que le CBD est un remède efficace contre cette maladie qui touche de nombreuses personnes âgées.

Une substance qui ne fait que du bien

En effet, le CBD n’est pas du tout psychoactif et encore moins un psychotrope. En d’autres termes, ce n’est pas le CBD qui fait planer, mais le THC, l’autre substance présente dans le cannabis. De ce fait, il ne risque pas d’aggraver la démence d’une personne atteinte de la maladie de Parkinson laquelle fait partie des symptômes de cette pathologie. Mais en outre, même consommé à forte dose, le CBD ne présente aucun risque pour la santé. Par ailleurs, cette substance n’est pas addictive contrairement au THC.

D’autre part, des études effectuées au Brésil ont eu pour résultat l’amélioration des conditions de vie des patients atteints de la maladie de Parkinson. Sans parler d’autres études réalisées sur des animaux qui ont donné des résultats prometteurs. Malgré tous ces bienfaits du cannabidiol, vous devez toujours suivre les recommandations de votre médecin traitant et demander son avis avant de prendre ou non du CBD.

Et si le CBD devenait LE médicament contre le Parkinson ?

La maladie de Parkinson est une maladie dégénérative qui affecte d’abord le système nerveux. Elle détruit les cellules créatrices de dopamine ou neurotransmetteurs conduisant à une altération des fonctions motrices. Or, le cannabidiol agit principalement sur les cellules créatrices de dopamine. En effet, le CBD a la faculté de se fixer sur les récepteurs cannabinoïdes endogènes du corps humain, plus précisément sur les récepteurs CBD2. Ainsi, il bloquerait l’activité des récepteurs CB1 et stimulerait le système immunitaire. Antioxydant, le cannabidiol réduirait les symptômes des parkinsoniens, tels que le tremblement et les mouvements involontaires physiques, la rigidité du corps, l’akinésie et la lenteur dans les mouvements. En d’autres termes, le cannabidiol soulagerait certains troubles des fonctions motrices en réduisant la dyskinésie, les tremblements et la dystonie induits par le L-DOPA dans la maladie de Parkinson. Par ailleurs, ils diminueraient les tics du syndrome de Tourette et les syndromes hypocynétiques comme la maladie de Parkinson.